Nip$ales 053 – Les dessous de la Nipconf 2016

Podcast: Téléchargement

Nip$ales est un podcast de la famille NipCast sur la vente , le retail et la communication. Ce soir @syde, @marco_nip et @bcurdy discutent des chiffres et du future de la Nipconf 2016.

LA NIPCONF 2016 en 3 chiffres

  • #1 Emerging trend sur Twitter
  • 203 participants à la Nipconf 2016 (sur 254 inscrits)
  • CHF 20’000 de recettes sponsoring (+CHF 7’000 de recettes entrées)

EXPERIENCES DE NIPCONF 2016

  • 3 conférences: Hugues Le Bret de Compte Nickel, Eric Charpentier de Morning et Stephan Tual de Slock.it
  • Zone Expérience
    • Café Tech
    • Studio Nipconf
    • Vers un voyage client

LE FUTUR DE LA NIPCONF

  • Quel business model ?
  • Une intuition: faire partie d’un tout, d’une plateforme dédiée à l’innovation

INSPIRATION 


2 réflexions au sujet de « Nip$ales 053 – Les dessous de la Nipconf 2016 »

  1. Merci pour le PodCast et tout le boulot que vous avez réalisé sur la NipConf.

    Est ce que le choix de la Fintech n’était pas un peu trop early adopter pour réussir à rassembler suffisamment de personnes ? Ne faudrait-il pas attendre 2018 ?

    Dans le cadre de mon boulot le sujet est souvent évoqué mais pire que le mot fourre tout « BigData » il y a peu d’entreprises prêtes pour se lancer 🙁

    Est ce que 2017 ne serait pas le thème de la Réalité Virtuelle et Augmentée ? Il y a le très bon salon Laval Virtual en France.

    Très bonne idée les Meetup, je dois pouvoir négocier une belle salle de 100 places ou une plus petite de 20-30 places sur Boulogne si vous vous lancez. Le default c’est la géolocalisation un peu excentré de Paris qui gêne les gens.

    1. Merci Jean-Philippe pour ce super retour. J’abonde dans ton sens concernant l’anticipation du sujet fintech. Selon ma perception, il se trouve encore « le cul entre deux chaises » : au niveau b2b, les banques/assurances ne réalisent pas encore l’envergure des changements liés à la transformation digitale, d’une part, ni aux changements liés à l’environnement de marché, d’autre part. Les premières vagues de licenciements en lien avec le changement du cadre législatif n’ont initié que récemment en Suisse… des incidences concrètes que tous peuvent comprendre prennent du temps.

      Côté consommateurs, ils ont encore peu d’innovations en main qui changent leur quotidien: la majorité des startups fintech en Europe ne bénéficient encore pas de licence bancaire (la majorité sous en cours). 2017 (2e semestre?) risque déjà d’être une belle année pour les fintech.

      Pour les meetups, je tiendrai au jus, on est en pleine réflexion là 🙂

Laisser un commentaire