NipSales 004 – Faire ses commissions

NipSales est un podcast de la famille NipTech sur la vente , le retail et la communication, animé par @syde et @marco_nip. Retrouvez nous sur @nipsales.


Podcast: Téléchargement


COMMUNAUTE

NipSales en chiffres:

      • 532 downloads pour la 3ième emission à ce jour VS 962 pour la 2e
      • Retweets de la fameuse quote “Quando l’acqua t’arriva al culo…”: merci à @biff52, @pjournel@IronmanoLux pour leurs commentaires
      • Le vendeur vend-il pour la commission ou pour la solution? Plein de bonnes remarques et de questions sur niptech.com, dont celle de Jean-Philippe sur l’aspect “vicieux” de la commission.

EXPERIENCES DE LA SEMAINE

Du vendeur au freelance: de la commission sur la marge à la commission sur le chiffre d’affaires: l’objectif sera plus clair, facilement calculable et ne dépendra pas de la productivité de l’entreprise (car la marge, c’est le chiffre d’affaires – prix de revient, qui inclut le coût de la marchandise et les salaires).

La prospection, ou comment vendre de nouvelles prestations à un nouveau segment client! Le cas d’une grande banque, avec la recette aux 3 ingrédients inchangée:

      • ne soyez pas un inconnu, pour inspirer confiance
      • identifiez le problème
      • soyez prêts & pros

Confiance vs Controle (ou Monitoring): le dilemme du sales manager

      • La confiance se mérite et se vérifie
      • Numbers don’t lie
      • Trust trust trust …

NEWS DE LA SEMAINE

NIPSALES INSIGHTS

    • #CHALLENGE :: “La persone qui fera le plus de shares/partages sur les réseaux sociaux dans 2 prochaines semaines gagnera une fourre Belkin pour iPhone 5 ou 5S http://www.belkin.com/us/F8W152-Belkin/p/P-F8W152/

    • #Training: NLP Neuro Linguistic Programming http://youtu.be/ANY8-_kqCZQ

    • #QUOTE: « The only thing standing between you and your goal is the bullshit story you keep telling yourself as to why you can’t achieve it. » Jordan Belfort (aka the Wolf of Wall Street)

6 réflexions au sujet de « NipSales 004 – Faire ses commissions »

  1. Je rebondis sur mon précédent commentaire concernant la commission.

    Partant que le commercial est « parfait », tu évoques que tu ne veux pas être dépendant du graphiste mancho. Je comprends et c’est très intelligent de ce point de vue. Même si c’est ne pas faire confiance à son équipe: l’entreprise

    Je retourne le problème dans l’autre sens: le commercial qui est mauvais, qui touche sa commission et derrière c’est l’équipe (le support) qui doit éponger les rêves du commercial.

    Bref, j’ai vu pas mal de boite couler car les salariés étaient plus à gérer leur carrière que celle de l’entreprise. A mon avis ça a du sens quand on est indépendant et qu’on amène du business.

    1. Hello Jean-Philippe, bien d’accord avec toi. Au final, la performance d’une bonne équipe sera toujours meilleure que la performance d’un bon collaborateur.
      Après, une commission n’est touchée par un représentant que lorsqu’une vente est réalisée… elle a au moins ce mérite: le paiement intervient seulement en cas de succès, donc en cas de vente. Encore faut-il que cette dernière soit rentable… et là, encore trop peu de vendeurs (et leurs dirigeants) maîtrisent leur sujet.

  2. La conviction personnelle du vendeur n’est elle pas un élément clé dans une relation client de confiance ? Dans quelle mesure cette conviction est-elle une compétence ? Dans quelle mesure est-elle générée par la motivation d’un gain financier ? Qu’en est-il de l’adhésion aux valeurs, à la philosophie voire même au produit ? Est ce que la commission peut réellement à long terme créer de la valeur et la confiance . Comment valorsier financièrement le commercial qui conseille à son client d’aller « voir ailleurs » par rapport à une demande trop spécifique ? commission : court terme vs confiance : long terme ?

    Autant de questionnements que je me pose à la découverte d’un monde different de celui côtoyé jusqu’à aujourd’hui…

  3. Vous aviez indiqué lors du premier nipSales que ma question du comment vendre quelquechose de gratuit etait interessante.

    Difficulté de « vendre » certains produits opensource comme GNU/Linux ou certains de nos projets (framework, SARAH…)

    Avez-vous déjà planifié d’en parler lors d’un prochain épisode ?

      1. Oui mais combien d’investissement de temps et de votre personne pour promouvoir un produit « gratuit »
        Y a qu’à voir actuellement: GNU/Linux est gratuit depuis des années et pourtant sa part de marché n’égale même pas celle des macs 🙁 (bon après il y a une histoire de vente lié/forcée mais quand même)

Laisser un commentaire