Club Nipédu #4 Intelligence collective en éducation

Share

Le Club Nipédu, c’est tous les lundi sur Clubhouse à l’heure du goûter (17h30) pour parler ensemble Éducation, Productivité et Numérique

Lundi 22 mars 2021

«Continuer à enseigner le mythe du génie isolé dans un système méritocratique va à l’encontre de l’idéal républicain.”

Yann Houry, Enseignant (entre autres)

La synthèse

Entre incantation et nécessité, entre dispositifs institutionnels et braconnage de terrain, pourquoi et comment vous êtes devenus adeptes ou dubitatifs en matière  d’intelligence collective.

Ce qu’on en a retenu

Intelligence collective, co-design, collaboration, coopération

  • La façon d’atteindre le but par la coopération repose sur la distribution des tâches et des responsabilités au sein du groupe, tandis que la collaboration exige une responsabilité individuelle pour atteindre le but. (Définition TELUQ)
  • Pour expérimenter toutes ces facettes de l’intelligence collective, tester une des nombreuses versions de l’atelier Survivre sur la Lune de la Nasa.

Aller plus loin, aller plus haut

  • Les promoteurs du vrai faux mantra africain “Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin” sont souvent ceux qui l’ont ressassé ad nauseam tout en l’illustrant le moins bien dans leurs actes : «Ne te défends pas.»
  • Un regard extérieur sur une idée est toujours un moyen d’aller plus loin : «Comme Sherlock, on a tous besoin d’un Watson.» ;
  • Comme pour le développement informatique, la mise à l’épreuve d’une idée c’est d’abord un logiciel à contrarier pour en éprouver sa robustesse avant d’aller plus loin ;
  • L’horizontalité, si elle est un préalable à la mise en oeuvre de l’intelligence collective, ne doit pas faire l’économie d’une coordination structurée et d’un management éclairé : quand un individu ou quelques-uns permettent aux autres d’aller plus loin ;
  • Endosser la double casquette de supérieur•e hiérarchique et de faciliatetur dans une démarche d’intelligence collective est complexe. Pas facile d’installer de la confiance et que chacun puisse se sentir sécurisé par les règles du jeu ;
  • Les outils de gestion de projet comme la matrice RACI restent des outils d’actualité pour structurer une démarche d’intelligence collective ;
  • Nous ne sommes ni des fourmis, ni des abeilles : pour aller plus loin, une tâche en intelligence collective doit intégrer une dimension de plaisir perçu mais réel par les participants ;
  • Pour aller plus loin, intérêt collectif et intérêt individuel doivent être étroitement liés ;
  • Pour aller plus loin mais tout seul, les innovateurs n’ont jamais été très regardant sur le vol d’idée et l’usurpation : l’exemple paradigmatique de Steve Job et Steve Wozniak ;
  • Pour aller plus loin il faut de l’humilité. Le héros du projet, c’est le projet ;
  • La courtoisie c’est l’ennemi de l’intelligence collective : parfois on va moins loin à plusieurs ;
  • Le paradigme des 4C est un modèle à intégrer à notre enseignement pour enseigner l’intelligence collective et permettre à chaque élève d’aller plus loin : pensée Critique, Créativité, esprit Collaboratif et Communication ;
  • La méritocratie telle qu’elle est promue aujourd’hui dans le modèle scolaire républicain agit comme une injonction paradoxale et un frein dans le développement des compétences collaboratives : tout seul, on peut aller plus loin au détriment de tout le reste.

Les inspirations 

  • L’holacratie :  (holacracy en anglais) est une forme de management constitutionnel, fondée sur la mise en œuvre formalisée de modes de prise de décision et de répartition des responsabilités communs à tous. (Wikipedia) ;
  • La communauté Wikipedia est un parangon de l’intelligence collective à l’ère du numérique ;
  • La métaphore de la Sagrada Familia : horizontale dans l’importance accordée à chaque expertise et un palimpseste architectural qui intègre, dans le temps et sa verticalité, les apports des différents individus qui ont fait le projet ;
  • La théorie des systèmes : « le tout est plus que la somme des parties », « il existe des qualités émergentes, c’est-à-dire qui naissent de l’organisation d’un tout, et qui peuvent rétroagir sur les parties ». En outre, il note que « le tout est également moins que la somme des parties car les parties peuvent avoir des qualités qui sont inhibées par l’organisation de l’ensemble » (J. Martin traduit et cité dans l’article Wikipedia dédié à E. Morin) ;
  • La production de produits culturels comme l’industrie du cinéma implique une mise en synergie sans laquelle rien ne serait possible. Ensemble, le projet va plus vite, plus loin ;
  • Parmi les statistiques un peu folles proposées dans les grandes ligues de sports US, la NBA comptabilise pour chaque joueur le nombre total de points marqués alors qu’il est présent sur le terrain.

Références

C’est pas fini

Envie de prolonger les échanges discussion ? Partagez-nous vos astuces de veille #ClubNipédu @Nipedu sur Twitter et rejoignez-nous tous les lundis à 17h30 sur Clubhouse.

Retrouvez le dernier épisode de Nipédu dédié aux [DÉ]FORMATION PROFESSIONNELLE

Laisser un commentaire