Nipsource: Episode 2

Share

Podcast: Téléchargement

Actualités:

– Opensource: source: programmez.com,  Microsoft investir 70 millions dans CyanogenMod
Cyanogen est un Android AOSP, c’est à dire un Android construit sur Android Open Source Project
Selon le Wall Street Journal, qui s’appuie sur des sources proches du dossier, Microsoft s’apprête à invertir 70 millions de dollars dans la société Cyanogen. Si, ce faisant, Microsoft restera un actionnaire minoritaire, cet investissement pose la question de la motivation, de la part d’une entreprise qui édite un système d’exploitation pour mobile concurrent.

Attention: Microsoft n’a pas investi 70 millions: la société Cianogen a levé 70 millions et Microsoft y a participé (mais pas à 100%)

http://www.programmez.com/actualites/microsoft-va-invertir-70-millions-de-dollars-dans-cyanogen-pour-lutter-contre-landroid-de-google-22084

– Le rapsberry pi 2
Raspberry Pi 2 est 6 fois plus performant que les Pi 1 Model B en multithread, et 3 fois plus en monothread. Le nouveau modèle passe au multi-cœurs. Il passe à une puce quatre cœurs ARM à 900 MHz. La quantité de mémoire vive LPDDR2 est quant à elle à 1 Go. On retrouve en revanche strictement le même GPU double cœur VideoCore IV, « le seul GPU ouvert pour puce ARM ».

La seconde génération maintient ainsi la compatibilité avec la quasi-totalité des solutions conçues pour la première, y compris sur le plan matériel, puisqu’elle reprend la disposition et la connectique du Pi 1 Model B+ lancé il y a six mois. La fondation prépare néanmoins de nouvelles versions de NOOBS et de Raspbian incluant à la fois le noyau ARMv6 existant ainsi qu’un nouveau noyau ARMv7.
Il y a toutefois un dernier aspect important que la fondation est parvenue à maintenir, c’est le prix de 35 dollars. Et le Raspberry Pi 2 est disponible dès à présent auprès des revendeurs habituels.
http://mobile.clubic.com/ordinateur-pc/actualite-752361-raspberry-pi-2-model-b-quatre-coeurs-windows-10.html

– Openhardware: source: blog-nouvelles-technologies.fr, Projet Ara: un module audio Sennheiser, et un écran InnoLux
Heureusement, il existe déjà des développeurs tiers qui travaillent sur le développement et la conception de modules. Les gens de Phonebloks mettent en avant certains d’entre eux

Le fabricant de l’écran Innolux a dévoilé un écran LTPS…L’écran est résistant aux rayures, grâce à un verre Gorilla Glass de Corning. La société prévoit de commencer la fabrication de ce module pour le Project Ara dans quelques mois, mais il pourrait aussi y avoir des plans pour des modules avec un écran E Ink, ou 3D, vous permettant de changer l’écran de votre smartphone en fonction de votre besoin.

De plus la compagnie Sennheiser a commencé à évoquer des concepts pour les modules audio haut de gamme. L’un est nommé l’Amphion, et il est essentiellement une carte son haut de gamme pour votre smartphone. Il comprend notamment une prise casque à faible bruit, et un processeur de signal numérique à faible latence

Et très fort: “Et, sachez que vous serez en mesure d’échanger de nombreux modules sans même redémarrer votre smartphone.”

http://www.blog-nouvelles-technologies.fr/60114/project-ara-module-audio-sennheiser-ecran-innolux/
– Une petite fille sauvée par un coeur imprimé en 3d
À Londres, une petite fille atteinte d’une malformation cardiaque ne pouvait être opérée face à la complexité de la procédure. Un cœur imprimé en 3D a permis aux médecins de l’entreprendre. Les médecins ont donc conçu un cœur en 3D, réplique exacte de celui de la patiente, incluant le même défaut. Ainsi, l’équipe a pu s’entraîner et perfectionner la procédure, afin de savoir où regarder, quoi chercher et quels gestes exécuter quand Mina sera sur la table d’opération. Grâce à ces simulations, le trou a pu être comblé et le cœur réparé. La jeune patiente peut désormais entamer une vie normale, calquée sur celles de toutes les petites filles en bonne santé.

http://www.metronews.fr/info/un-coeur-imprime-en-3d-sauve-la-vie-d-une-petite-fille/moaD!SIcpJxkTv6/
– LibreOffice 4.4 :Source: blog-nouvelles-technologies.fr, la suite bureautique se rapproche de Microsoft Office
En effet, vous allez retrouver de nombreux changements dans la conception et vous allez disposer de diverses améliorations dans l’expérience utilisateur. L’interface est plus jolie, et déborde de fonctionnalités avancées, parmi laquelle on peut citer le support aux transitions OpenGL au sein de Windows.

http://www.blog-nouvelles-technologies.fr/60251/libreoffice-4-4/
– Le premier ubuntu phone sera disponible au tarif de 170€
Le premier Ubuntu Phone sera disponible prochainement et cela va commencer avec le BQ Aquaris E4.5 Ubuntu Edition, version modifiée du modèle initialement sous Android, le tout pour moins de 170 €.
Il s’agit en fait du modèle déjà lancé sous Android d’entrée de gamme avec un affichage 4,5 pouces en résolution qHD (960 x 540 pixels) et un processeur quadcore MediaTek à base de coeurs ARM Cortex-A7 cadencés à 1,3 GHz,, associé à 1 Go de RAM et 8 Go d’espace de stockage.
On reste donc assez loin du projet du Ubuntu Edge.
Des opérateurs Suédois et Portugais vont organiser des ventes flash avec des offres accompagnées de cartes SIM qui seront signalées via les réseaux sociaux.

http://www.generation-nt.com/canonical-ubuntu-edition-bq-aquaris-linux-actualite-1911719.html
– Source: blog-nouvelles-technologies.fr, Dell continue de proposer deux nouvelles references sous Ubuntu
Dell XPS 13 et M3800 : des éditions Ubuntu
Dell a décidé de commercialiser un XPS 13 et M3800 Developer Edition, avec Ubuntu 14.04.1 installé.

Le M3800 sous Ubuntu est disponible dès maintenant. En vous débarrassant de Windows 8.1, vous allez faire une économie de 101.50 dollars sur le prix initial

http://www.blog-nouvelles-technologies.fr/60359/dell-xps-13-m3800-ubuntu/

Le dossier

Visionnez le pdf

Coups de coeur

Nos animateurs:

Heloise: @heloisenonne
Donkluivert: @Donkluivert, http://donkluivert.e-monsite.com google+: Don Kluivert
Mika: @dupot_org, http://mkframework.com

31 réflexions au sujet de « Nipsource: Episode 2 »

  1. Bonjour,
    Vive la ligne de commande et vive les regex!!
    Heureux de retrouver un épisode, et oui j’ai zapper l’épisode 1 qui semble ne pas être redescendu par le flux RSS.

  2. Salut,

    pour la ligne de commande il y aussi « cd – » pour revenir à l’endroit précédent (seulement un niveau,donc moins complet que popd et pushd)=
    avec tree c’est l’option -L pour la profondeur

    le find va recherché en temps réel alors que la commande locate c’est une base de données qui contient la liste de tous les fichiers et répertoires qui va fournir le résultat de la recherche, elle est updatée après avoir démarré le PC (ref : http://doc.ubuntu-fr.org/locate )

    pour le ethtool il faut le faire avec les droits superuser (sudo )

    Dans le même genre que thegeekstuff il y http://www.cyberciti.biz/

    pour grep il y a aussi -C NUM , pour le contexte qui affiche avant et après

    il y l’option prune dans find qui peut être utile mais assez délicate à prendre en main, elle permet d’exclure de dossier, par exemple :

    find . -name test -prune -o -name « *.c » -print

    permet de rechercher le fichier .c sauf dans les dossiers nommé test

  3. Félicitations pour le nouveau podcast.

    Après avoir écouté la leçon de Heloise, je voudrais vous conseiller un très beau livre qui raconte l’histoire d’Unix et de la ligne de commande d’une manière très instructif et divertissant.Ces’t le Harley Hahn’s Guide to Unix and Linux.Il est disponible en format pdf dans les lieux habituels.

    Merci encore et à bientôt!

    PS: salut au Captain Posix et à ses collaborateurs!La route est longue mais la voie est libre!

  4. Bonjour,

    très bon podcast avec une Héloise au top sur la ligne de commande. Je tiens à préciser que les 2 autres animateurs étaient très bien (je ne voudrais pas semer la discorde).

    Pour un podcast audio sur les regex, pourquoi pas. Cela sera surement un moyen merveilleux pour s’endormir le soir. Ne faites pas trop de changement de ton afin de faciliter l’endormissement. A ne pas écouter en voiture ou alors en tant que passager 🙂

    Pour le problème de boucle dans gnu parallel, n’est-ce pas simplement parce que le programme ne redonne pas la main à « gnu paralell »? C’est une simple supposition sachant que je ne connaissais pas cet outil avant le podcast.

    1. Merci beaucoup pour elle, d’autant que c’était son premier dossier.
      Et il ne faut pas s’inquiéter d’éventuelles discordes: on s’entend tous très bien 😉

    2. Merci, c’est un commentaire très encourageant ! Contente que ça plaise. Je vais voir pour un dossier chiant sur les regex, ça peut se faire. Sinon, comment faire un wordcount en java, ça doit être pas mal en audio 🙂

  5. Bonjour et merci pour vos podcasts 😉

    Lorsque tu comparais gnu paralel à une boucle foreach, tu as remarqué que le processus faisait des allés et retours entre 2 threads : ne serait-ce pas dû à l’utilisation d’un processeur avec Hyperthreading ??

    Continuez comme ça et merci bcp pour tout ce boulot !

    Benoit.

    1. Peut-être ouais, ça fait bien des allers-retours. Je vais faire quelques investigations et si je trouve, j’en reparle…

  6. Pour une balado-diffusion sur l’open source, une version ogg – et le fux qui va avec – ne feraient pas tache.

    Encore une bonne émission et des explications sur l’intérêt de la ligne de commande bienvenues. Je peine parfois à évaluer le rapport « temps d’apprentissage/gain de temps par la suite » et les exemples sont donc éclairants (c.f. XKCD Is It Worth the Time? ou The General Problem).

    1. Oui la ligne de commande pourrait faire l’objet d’un livre juste pour les trucs et astuce pour gagner du temps 😉

      Merci pour ce retour et merci pour le coup de pub 😉

  7. Bonjour et merci pour ce podcast.

    Le choix du dossier sur la ligne de commande était étonnant mais s’est avéré très intéressant. Il va m’encourager à l’utiliser plus souvent pour renommer des fichiers en masse par exemple. Pour les régex par contre, ce n’est pas gagné.

    Pour visualiser les fichiers .csv, j’utilise csved.

    J’apprécie également votre participation à l’après cast.

  8. Bonsoir,

    Excellent numéro, merci pour le dossier sur la ligne de commande
    Toujours des libraries ou lieu de bibliothèque, mais ce n’est pas grave 😉

    Sinon, Google a bien sorti un Chromebook, le Chromebook Pixel

    Vivement le numéro 3

    A bientôt

    1. Exact pour le Chromebook pixel, un peu zappé ce modèle la, pourant il avait beaucoup fait parlé de lui à l’époque, surtout pour son prix très élevé 😉

  9. Bonjour,
    Merci pour cet épisode et nipsource en général! C’est bien sympathique et intéressant à écouter. Merci à Héloise pour gnu parallel que je ne connaissais pas. Je mentionnerai juste pgrep et pkill qui sont bien pratiques et plus rapides que « ps | grep et kill ».

    Après un peu hors sujet, mais j’y ai pensé en entendant parler de « terminal graphique », c’est IPython Notebook. Cela permet de mélanger commandes python et graph dans un web browser. Génial pour explorer et manipuler des données notamment avec l’excellente bibliothèque pandas avec laquelle il est vraiment simple de lire des fichiers csv.
    Je regarderai quand même cvskit 🙂

    Bref, encore merci et bonne continuation!

    1. Salut, beenje… Merci d’avoir rappelé pgrep et pkill. Je sais pas pourquoi, mais j’oublie quasi systématiquement leur existence alors que c’est très pratique. Le boson n’est pas toujours aussi futé 🙂

      Pour IPython Notebook, ma foi, j’ai pas mal de réserves… J’essaierai d’en parler lors d’un dossier python. En tout cas, j’utilise à fond pandas (mais en ligne de commande ipython, pas en notebook) et c’est génial.

  10. +1 Mika dans une premier temps les « Photorgaphes » seront remplacés les « Imprimeur 3D »

    MAIS je ne crois pas (encore) aux arguments de SAV

    1. Car il faut concevoir le modèle 3D
    2. Car ça prends du temps
    3. Car la gravure n’est pas assez précise

    Bref tu achèteras 10 vis chez Casto à 7€ car tu n’auras pas 4H à prendre a aller trouver la pièces, la modéliser, l’imprimer, rater, recommencer, etc …

    A mon sens les imprimantes 3D se démocratiseront quand les scanner 3D marcheront.

    Sinon c’est un outil génial pour concevoir le form factor d’un objet électronique a notre époque de l’IoT.

  11. Bonjour à tous !

    Bravo à l’équipe pour ce nouvel épisode (je sais vous en êtes déjà au troisième, je suis en retard).

    Le dossier sur la ligne de commande m’a bien plu. Je connais déjà quasiment tout ce dont vous avez parlé (je suis sous Gnu/Linux depuis plus de 10 ans maintenant) mais c’était plutôt pas mal fait, je pense, pour intéresser les novices.

    Petit premier point, Héloise, tu dis que la ligne de commande n’a pas bougé depuis 10 ou 20 ans. C’est quelque part un peu faux. Les commandes évoluent, gagnent en fonctionnalités, en rapidité, etc. Elles restent cependant rétrocompatibles. C’est sûr que ça fait vieillot si tu demande à quelqu’un d’utiliser un truc qui n’a pas évolué depuis 20 ans. Ensuite, tu parles de «htop» qui est une commande relativement récente et de plus, qui n’est pas intégrée nativement dans toutes les distributions (même si c’est dans les dépôts).

    Concernant «locate», comme dit par Kelevra, ça marche par base de données. Il faut régulièrement exécuter «updatedb» pour mettre à jour la base. Ensuite un «locate» permet de rechercher dans cette base. Je ne connais pas bien les technologies utilisées, mais on voit avec la rapidité d’exécution, qu’ils sont clairement en avance par rapport au système d’indexation des vitriers.

    Concernant «pushd» et «popd», c’est utile à connaître. Je ne pense pas que ça me sera d’une grande utilité. En fait je saute souvent d’un répertoire à l’autre, mais de façon tellement aléatoire (selon les tâches que j’ai à faire) que rien que le fait de me souvenir si le répertoire voulu est dans la base de pushd/popd, et à quel niveau, me prendra plus de temps que de retaper le chemin (avec autocompletion).

    Pour «du», je me permets juste de donner la commande que je tape le plus souvent: «du -sh». Le «-s» pour «summarize», permettant de lister les fichiers et dossiers (ici, du répertoire courant), sans lister leur contenu, et «-h» (pour «human readable», permet d’avoir des unités cohérentes comme le Gigaoctet à la place de l’octet). Cela me permet très vite de savoir quel dossier prend beaucoup de place, sans lister ses fichiers et sous-dossiers.

    Héloise, très succintement, tu cites «sed» comme un outil de substitution de texte. «sed» est un éditeur de texte non-interactif. En gros, tu peux faire tout ce que tu ferais avec un éditeur classique (nano, vim, gedit, etc.) mais de façon non intéractive, c’est à dire sans visualiser le fichier en temps réel. Il faut y aller commande par commande. Le nom vient de «ed», qui était le premier éditeur de texte (toujours non-intéractif) de Unix. Il est très utile pour l’édition en masse de fichier via un script. La commande la plus connue étant, bien sûr «sed -i « s/ChaineARemplacer/NouvelleChaine/g »» qui permet la substitution, avec notemment l’intégration de regexp.

    Concernant le Regexp (regex, regular expression, ou expression régulière), il est vrai que j’ai vu souvent des gens essayer d’expliquer la syntaxe comme si il y en avait qu’une. Or, j’ai eu l’occasion de travailler avec plusieurs types de regexp. Le gros de la syntaxe reste la plupart du temps la même. Après il y a des variantes, et il y a l’histoire des caractère spéciaux interprétés soit par Bash, soit par la commande elle-même. Cela donne lieu à la nécessité des caractères d’échappement comme le «backslash». Sur ce sujet, je me permets, en temps que bon spammeur ( 😉 à BlogLinux) de placer, l’air de rien, un lien vers mon nouveau blog : https://laisselasouris.wordpress.com/2014/11/06/initiation-a-grep-par-lexemple/ . Je suis en cours de rédaction d’un nouvel article (depuis quelques mois vous pouvez voir ^^) sur une comparaison entre le Batch et Bash. Sachez que Microsoft ose dire qu’il fonctionne avec des expressions régulières…

    Pour le Wake On Lan (WoL), travaillant dans le domaine du réseau, je peux vous dire que c’est une fonctionnalité maintenant très courante, et pas qu’au niveau des serveurs. C’est par contre à activer dans le BIOS. Et cela ne fonctionne pas en dehors d’un LAN (sauf si l’on rajoute une surcouche), ce qui est logique d’un point de vue de la sécurité.

    Plus tard, peut-être juste après mon comparatif entre Batch et Bash, je compte sur mon blog, lister un paquet d’avantages à savoir «scripter». J’ai le malheur de travailler sous MW à mon travail, mais croyez-moi, même du «scripting» bash au travers de cygwin, et toute la latence que cela implique, me fait gagner des heures de travail. Pour ceux qui veulent se lancer, je conseillerais plusieurs trucs :
    – Garder tout ce que vous faites en essayant de donner des noms explicites à vos fichiers. Il m’est souvent arrivé, par exemple de me tromper sur la syntaxe de la boucle «for» qui est un peu spéciale en Bash. Il est dans ce cas beaucoup plus rapide d’aller retrouver ça dans vos propres codes que dans la documentation ou sur le net.
    – Pour trouver de la documentation, «info bash» est un bon manuel. Le découpage en chapitre n’est cependant pas parfait à mon goût. Enuite il y a «man bash», à utiliser quand vous recherchez juste la syntaxe de quelque chose que vous connaissez déjà. Si dedans vous ne trouvez pas, allez sur «www.tldp.org» (The Linux Documentation Project), ou bien sur «ddg.gg» (DuckDuckGo). Le livre «Advanced Bash-Scripting Guide» est une documentation pas mal de fois recommandée sur Internet. J’avoue ne pas avoir eu le temps de me plonger dans ces 916 pages de documentations.
    – Commandes à connaître (juste les noms et le gros des fonctionnalité, pas forcément la syntaxe que vous pouvez retrouver avec «man») : ls, cat, cd, grep, awk, sed, cp, mkdir, rm, wget, la boucle for, test (utilisé avec la condition if), declare, echo, bash, source. J’en passe certainement.

    Voilà je crois que c’est tout pour ce commentaire ! 🙂

    Désolé pour le roman.

    Bravo à tous, et encore une fois, excellent dossier Héloise !

    Je vais m’écouter l’épisode 3 🙂 Priez pour que mon futur commentaire sois plus court, ou bloquez mon IP (euh non j’utiles Tor, ça sert à rien gniark gniark !)

    Bye !!

    1. Salut,
      tu dis que tu utilise «du -sh». Le «-s» pour «summarize», permettant de lister les fichiers et dossiers (ici, du répertoire courant), sans lister leur contenu, et «-h» (pour «human readable», permet d’avoir des unités cohérentes comme le Gigaoctet à la place de l’octet)

      Sur une xubuntu, (et je pense que c’est le bon comportement) cela affiche uniquement le poids du repertoire courant.

      Pour afficher la taille des fichiers et dossiers contenu dans le repertoire courant, je dois faire  » du -sh * » et  » du -sh */  » pour avoir uniquement les dossiers

      1. Oui tu as raison, petit loupé lors de la rédaction du commentaire. Et merci pour l’astuce du «*/», je ne la connaissais pas. Je me note ça dans un coin de la tête, ça peut me resservir.

    2. Salut, merci beaucoup pour le roman et pour le retour, ça fait très plaisir.
      Effectivement, dire que la CLI n’a pas changé depuis 20 ans est un raccourci très discutable. Ce que je voulais plutôt dire, c’est que l’ajout de nouvelles commandes n’empêche pas que les plus anciennes continuent d’être là et dispo. Ca donne une stabilité bienvenue. Merci pour la correction.

  12. Désolé, je n’avais pas encore écouté le dernier quart d’heure et Héloise reparle de «sed».

    Et aussi, si je parlais de mon futur billet sur les avantages de «scripter», je voulais aussi dire que j’allais piquer des idées dans ce dossier car elle a très bien vendu la chose je trouve.

    Bien à vous !

Laisser un commentaire